Mercredi : sortie !

Exposition Malick Sidibé : photographies inédites et joie de vivre au programme !

Encore une fois, je vous emmène avec moi à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, qui fait des expositions qui m’intéressent en ce moment.

Jusqu’au 25 février 2018, c’est le travail de Malick Sidibé qui est mis à l’honneur. Un peu plus d’un an après la disparition de l’artiste, l’exposition Mali Twist lui rend hommage avec une belle rétrospective.

Même si le travail du photographe ne m’était pas inconnu, j’ai été ravie de découvrir certains clichés jamais dévoilés au public, à travers un parcours réunissant plus de 250 photographies et tirages d’époque. Le travail de celui qui était surnommé « l’œil de Bamako » m’a fait plonger dans la jeunesse bamakoise des années 60, grâce à des clichés en noir&blanc emplis de musique, de danse, et d’humanité.

D’un côté, les photos prises sur le vif lors de soirées, où le jeune photographe réussi à immortaliser les fêtes insouciantes de la classe moyenne locale. La qualité des photos prises au flash et l’intensité des émotions photographiées sont surprenantes. Un coup de cœur personnel pour la très connue « Nuit de noël » qui est d’une tendresse infinie. Ce n’est pas pour rien qu’elle a été classée parmi les « 100 photos les plus influentes de l’histoire » par le magazine Time.

D’un autre côté, les portraits réalisés dans le studio du photographe, qui témoignent des attitudes et des modes de l’époque. Cet aspect vintage peut faire sourire, mais c’est avec bienveillance que le photographe permettait à chacun (des jeunes yéyés comme des bergers peuls) d’avoir un cliché sur un fond à motifs et des accessoires – parfois étonnants.

Sur place, je n’ai pas pris le temps de regarder l’intégralité du documentaire « L’Oeil de Bamako ». Mais si vous avez le temps, restez pour découvrir un Malick Sidibé souriant et modeste, qui, sans le vouloir, est devenu un photographe reconnu et aimé.

Je vous préviens : vous sortirez de là avec le sourire jusqu’aux oreilles, une pointe de nostalgie dans la tête, une folle envie de voyager jusqu’au Mali et l’envie d’écouter du Twist !


Points positifs :

Le plaisir de (re)découvrir le travail de cet artiste impliqué dans la vie culturelle et la reproduction d’un studio mobile (où vous pouvez vous amuser à vous prendre en photo avec des accessoires vintage).

Points négatifs :

J’ai été déçue par la mise en scène de certains espaces, mais surtout par la pauvreté de l’accrochage (certaines photos étaient gondolées !).


Infos Pratiques :
Malick Sidibé, Mali Twist à la Fondation Cartier jusqu’au 25 février 2018
Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 20h, nocturne les mardis jusqu’à 22h
Adresse : 261, boulevard Raspail, 75014 Paris
Tarifs : 10,50€, 7€ tarif réduit

http://www.fondationcartier.com 

 

Pour les curieux :

  • Pendant toute la durée de l’exposition, les Soirées Nomades invitent des artistes, des musiciens et des penseurs maliens, toutes générations confondues, à dialoguer avec l’œuvre de Malick Sidibé.
  • Vous pourrez retrouver plusieurs ouvrages consacrés au photographe ainsi que des reproductions de photos dans la boutique à l’étage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *