Val Thorens : un dîner au sommet

Tu commences à me connaître. Partout où je vais, je cherche à bien manger. Je ne parle pas de quantité, mais d’associations innovantes, de découvertes gustatives et de bons produits. Alors, lors de ma semaine à Val Thorens, entre deux sessions de ski, j’ai profité de tartiflettes, raclettes et autres fondues. C’est bien, c’est bon, c’est convivial et c’est raccord avec le bronzage « masque de ski » et les douleurs aux mollets. Mais je cherchais autre chose …

Alors je suis partie au sommet pour le débusquer ! Ou plutôt sur les hauteurs de la station la plus haute d’Europe. L’hôtel 5* le Koh-i Nor propose une expérience culinaire parfaite au sein de son restaurant « Le diamant noir ». Tu me suis ?

Le cadre

Il paraît que la première impression est souvent la bonne. Alors, si le temps est dégagé, la première impression au Diamant noir est l’une des meilleures ! La vue est à couper le souffle, et chose rare -donc à souligner- : quelque soit ta table, tu auras cette chance d’avoir la montagne comme voisine.

Les menus

Plusieurs menus sont proposés le soir. Avec mon mari, nous avons opté pour deux menus différents. Le premier : « Des Monts à la source » est composé d’une entrée, d’un plat et d’un dessert. Le second propose deux entrées, deux plats et un dessert. Mais il en existe un plus complet (si, si, c’est possible !) et un menu dédié à la truffe.

Dans l’assiette

Pour commencer, nous avons eu droit à des amuses bouches.

Avec le premier menu, j’ai eu une surprise à base de betterave pour débuter le repas. Fraicheur et terroir au rendez vous pour cette entrée en matière.

Première entrée suivie de petits boudins de brochet, émulsion d’un bouillon d’écrevisses, et caviar de Saumurés. Les boudins de brochet n’étaient pas assez prononcés à mon goût mais l’ensemble était harmonieux.

Le second menu proposait donc deux entrées. La première : l’oeuf, en brouillade à la truffe, sabayon truffé et mouillette briochée. Quelle entrée gourmande et régressive !

La deuxième entrée rendait hommage à l’asperge verte de Provence. Présentée en déclinaison, avec une faisselle fermière, un assaisonnement citron- anguille fumée (étonnant mais agréable), et oxalis.

Un trou normand pour une transition en douceur…

Place aux plats !

Pour moi, un filet de canette des Dombes rôti, saveurs café et citron vert, avec une déclinaison de topinambours. Une viande délicieuse, et un accompagnement délicat bien que pas assez présent…

Pour monsieur, un premier plat : les noix de Saint Jacques bretonnes, « coco-truffe » et risotto tapioca. Un vrai régal (même si la photo ne rend pas hommage) ! Le mariage Saint Jacques et truffe est évidemment un summum de raffinement, mais c’est ici maîtrisé et juste dans les assaisonnements. Le risotto tapioca apporte une touche de terroir qui se marie à merveilles avec le plat.

Nous redoutions le second plat : ris de veau caramélisé, petits pois nouveaux et morilles fraîches. Il faut avouer que nous ne sommes pas amateurs d’abats. Mais nous ne voulions pas rester sur cette idée négative, et la cuisine gastronomique du Diamant noir était l’endroit idéal pour tester. Verdict ? Le plat dans son ensemble était très savoureux, mais la texture du ris de veau n’est toujours pas dans notre top 10 de nos ingrédients préférés !

Place aux desserts

Et c’est tout un programme ! Une arrivée progressive du sucré avec un premier dessert « surprise ». La fraîcheur globale de l’assiette et des agrumes était un vrai coup de fouet ! Et un délice pour nos palais.

Mon dessert était composé de noisettes du Piémont, caramel et safran de Savoie. J’ai eu un vrai coup de cœur pour la glace au safran, délicate et puissante en même temps. Elle contrebalançait parfaitement avec la puissance du chocolat et de la noisette.

Le dessert de mon mari était un vacherin aux fruits exotiques. Il est donc resté sur la fraîcheur du premier dessert. Et il faut dire qu’à ce stade du repas, c’était bienvenu ! Une assiette raffinée pour un dessert puissant en fruits mais tout en légèreté.

Quand il n’y en a plus…

A ce moment là, nous n’avions vraiment plus faim. Et… une assiette de mignardises a rejoint notre table ! Pour ne pas gâcher, nous avons demandé à les emporter pour plus tard. J’ai vraiment adoré la petite tarte citron, très acidulée mais juste dans les goûts.

L’addition s’il vous plaît

Évidemment, un diner comme celui là, ça a un coup. Mais même si nous avons pris des cocktails et du vin, l’addition au final est à environ 120€ par personne. Ce qui est vraiment raisonnable pour la quantité, la qualité, le service et le cadre !

Au final

J’ai adoré ce moment passé à deux, et la multitude de découvertes gustatives. Le service chaleureux et le cadre, magnifique, rendent ce dîner encore plus magique. L’année prochaine, je reviens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *