Au pays de la gourmandise

Pause gourmande à la Closerie des Lilas

Je suis sûre que vous connaissez au moins de nom ce restaurant parisien. Et si ce n’est pas le cas (ce n’est pas grave, rassurez-vous), je vous propose de découvrir avec moi quelques-unes des gourmandises réalisées par le chef William Lamagnère et son équipe, parce que vraiment –parole de gourmande- ça vaut le coup !

Successivement café d’artistes, repère de peintres et de poètes, haut lieu de la vie nocturne, restaurant voyant défiler de nombreux passionnés de littérature (et la liste est encore longue), la Closerie des Lilas est avant tout une brasserie/restaurant située en plein cœur de Paris et résolument poétique et agréable.

Je m’y suis rendue avec des amis pour un moment entre gourmets et surtout pour (enfin) goûter la fameuse tarte tatin du chef. Parcequ’elle est gourmande. Parcequ’elle est originale. Parcequ’elle est belle. –oui je parle toujours de la tarte-. Mais surtout parceque lorsqu’on me propose de déguster une pâtisserie, je dis rarement non !

Alors me voilà, à l’heure du goûter, prête à mettre les pieds dans cette institution parisienne. Et je peux vous dire que déjà depuis le boulevard Montparnasse, je trépigne. La façade est magnifique (je suis passée des dizaines de fois devant, mais je crois que l’idée que je vais y entrer dans quelques minutes me fait la scruter de plus près). On se croirait au début du siècle, dans un cocon d’histoire donnant sur une artère très fréquentée de la capitale. Mes premiers pas dans la cour puis dans le bar me confortent dans cette idée de retour en arrière, et ce n’est pas une mauvaise chose ! La décoration, la musique jouée au piano, le côté feutré et sous les tonnelles, je sais déjà que je vais passer une excellente après-midi.

Au moment de choisir les « desserts », nous portons nos choix sur des incontournables de la Closerie des Lilas.

Je vous les détaille un par un, pour plus de suspens (et de gourmandise).

LA fameuse tarte tatin. Nous avons opté pour une version « grande » (géante, immense, « trop miam »…serait plus approprié !). Bref, une tarte pour 4 qui se mange à 6 sans faire de jaloux. Alors… qu’est ce qu’elle a de différent des autres tartes tatin ? D’abord, elle nous a été servie par le chef William Lamagnère himself, et ça c’est déjà beaucoup.

Ensuite visuellement : elle est délicate, généreuse et extrêmement attirante.

Et enfin, dans sa composition : tarte tatin à l’huile d’olive des Baux de Provence et sa chantilly Dulcey vanillée… tout un programme !

A la dégustation, les pommes fondent en bouche et laissent un doux parfum d’huile d’olive. La chantilly est délicate et apporte de la fraicheur. Un régal ! Vraiment, on en reprendrait bien d’autres (énormes) parts, mais est ce raisonnable ? Non parceque le baba posé juste à côté commence à embaumer au-delà de notre table …

Le baba au rhum justement : imbibé à souhait, bien alcoolisé donc, mais bien moelleux. Il est vraiment très bon !

J’ai également goûté une tarte aux fraises et au fruit de la passion. Honnêtement pas un coup de cœur mais une très bonne tarte fraîche et gourmande.

Au final, je vous conseille la Closerie des Lilas pour le cadre feutré et hors du temps, et indéniablement pour la tarte tatin, dessert signature du chef, sans oublier le baba au rhum. Mais il y a également de nombreux autres desserts qu’il reste à tester (profiteroles, millefeuille vanille, crêpes Suzette, etc.). Et un concept que j’ai trouvé génial : la possibilité de ne prendre qu’un demi dessert (élégamment nommé « petite gourmandise »), avec tarif en conséquence.

Prochaine étape : la brasserie pour déjeuner ou le restaurant ? J’avoue que je suis pressée de revenir

Informations complémentaires

Site internet : http://www.closeriedeslilas.fr/index.php?id=2

Adresse : 171 Boulevard du Montparnasse 75006 Paris

Tarifs : le baba au rhum à 12€50 – 7€ en demi portion- ; la tarte tatin à 15€ ; la tarte du jour à 9€50.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *