La Cantine du Troquet : adresse authentique

Il y a des adresses comme ça, accueillantes, où le temps s’écoule facilement et où il est fort agréable de s’attabler. Je vous emmène aujourd’hui à la Cantine du Troquet, une adresse sans chichis où l’on mange très bien. 

La Cantine du Troquet : présentation

Située dans le très agréable 14e arrondissement parisien, la Cantine du Troquet Pernety est la première adresse ouverte par Christian Etchebest, en 2008. Le chef, d’origine béarnaise, aime y conserver les codes de la bistronomie.

Mais au-delà de la philosophie du chef et propriétaire des lieux, celui qui s’affaire en cuisine depuis plus de 2 ans, c’est le jeune chef Loïc Falgas. Jeune par l’âge mais aussi par le parcours, atypique. Il officie en effet derrière des fourneaux depuis seulement 6 ans. Malgré cette jeunesse professionnelle, Loïc est néanmoins empreint de valeurs communes à Christian Etchebest. Il a un tout d’abord un amour indéniable du produit : « près de 90% des produits que j’utilise proviennent de France. On a la chance d’avoir de beaux produits, il faut en profiter ! ». C’est également un grand passionné par la cuisine et le partage. Enfin, il est curieux et aime casser les codes avec des associations de saveurs (très) originales.

Pour résumer : en 14 ans d’existence, la Cantine du Troquet Pernety est devenue une véritable institution. Avec le chef Loïc Falgas, l’adresse dépoussière certains classiques et propose une cuisine hybride, entre tradition et modernité.

Mon expérience à l’heure du déjeuner

Dès mon arrivée, le déjeuner s’annonce agréable : un accueil chaleureux et souriant m’attend. Le cadre est comme je l’avais imaginé : typique des bistrots. Tables et chaises en bois, menu sur l’ardoise et bar à l’entrée. On s’y sent bien d’emblée (même si au final, à rester 3h sur une chaise en bois, on opterait bien pour un petit coussin ;-).

Des habitués, pas mal de familles et des tables d’amoureux : la salle était bien remplie. De l’entrée au dessert, le service est cependant resté agréable, souriant et attentif.

Dans l’assiette

Le menu est écrit à la main, sur les grandes ardoises qui ornent le mur principal. On y découvre des entrées traditionnelles avec des touches originales, des grands classiques en plats et des desserts appétissants que l’on retrouve souvent dans de tels établissements.

En entrée, j’ai presque tout goûté ! Par gourmandise, par curiosité aussi (pour certaines propositions que je n’avais jamais testées auparavant) mais aussi parce que le chef n’arrêtait pas de dire « ah mais ça aussi c’est bon et à tester absolument ! » Alors, je me suis laissée tenter…

L’assiette de couteaux est gourmande et l’association originale avec l’olive noire est assez bonne. Les oreilles de cochon grillées, une première pour mon palais, me semblent assez bonnes, mais sans comparaison pour moi… Tradition maîtrisée également avec les escargots, chou pak-choï braisés, crème d’artichaut et harengs fumés. Le boudin noir snacké manquait de puissance à mon goût mais la purée de lentilles et l’excellent jus de gambas apportaient des saveurs bienvenues.
Véritables coups de cœur pour les délicieux œufs mayonnaise (un classique pas si simple à réussir !), les gambas snackées avec un excellent caillé de chèvre au raifort – chou-fleur truffé, et la réconfortante soupe de légumes – pistou mizoura, graines de tournesol.

En plat, nous avons pris le filet de canette (très tendre), potimarron, grenaille, carottes au beurre maître d’hôtel. Ainsi que la saucisse de cochon Ibaïma (pleine de saveurs), jus fumé, purée de pomme de terre (d’une texture très agréable !). C’est beau, c’est bien travaillé, c’est bon. Que demander de plus ?

Pour les desserts, nous avons fait deux choix de gourmands. Tout d’abord les figues rôties, crème pâtissière à la vanille (délicieuse !) et crumble. Et enfin, la tarte bourdaloue avec sa jolie quenelle de mascarpone vanille.

L’addition s’il vous plaît

Les entrées varient entre 6€ (œufs mayonnaise) et 18€ (oreilles de cochon grillées).
Les plats entre 21€ (filet de daurade) et 24€ (onglet de bœuf ou filet de canette).
Enfin, les desserts sont entre 10€ (mousse aux deux chocolats) et 12€ (tarte bourdaloue ou figues rôties).
Les tarifs sont plutôt corrects pour le type d’assiettes servies, classiques avec de bons produits, bien travaillées et une touche de modernité dans les associations de saveurs.

Plus d’informations

La Cantine du Troquet Pernety
101 rue de l’Ouest – 75014 Paris
Retrouvez toutes les informations utiles : https://www.lacantinedutroquet.com/#pernety















Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :