Au pays de la gourmandise, Paris je t'aime

Fauchon : une nouvelle expérience pleine de délicatesse et de gourmandise

« Comment ça Fauchon à ouvert un hôtel ? ». J’ai imaginé un macaron géant à la place du lit, des chambres toute roses, et des gourmandises à gogo. Voilà, voilà. J’ai réagi comme ça. Le sucre fait parfois délirer, et je crois que j’en consomme pas mal… Ne me jugez pas ! Mais c’est vrai que pour moi, Fauchon c’est surtout de l’épicerie fine, des pâtisseries et des macarons. Mais je suis suffisamment curieuse pour ne pas m’arrêter là. Et comme je suis aussi gourmande, je suis aussi allée faire un tour au Grand Café Fauchon, l’autre nouveauté.

Mais avant de parler pâtisserie et literie, je vous resitue un peu tout ça. Placés au cœur de Paris, sur la place de la Madeleine (gourmandise quand tu nous tiens), l’hôtel et le café sont le résultat de la réunification de deux bâtiments haussmanniens de 5 étages. C’est grand, c’est moderne et classique à la fois, c’est teinté de rose, et c’est chaleureux. On y va ?

Le grand café Fauchon

Dès l’entrée, je retrouve les codes couleurs de la maison Fauchon, avec une touche de modernité. Une œuvre d’art dans son ensemble avec énormément de détails. C’est raffiné et étonnant. Étonnant comme quand tu rentres dans une pièce et que ton regard est sans cesse accroché par quelque chose. La déco joue un beau rôle dans l’appréciation d’un endroit, mais bien que j’apprécie, je ne suis pas là pour ça.

Avec mon acolyte du jour, j’opte pour le « goûter Fauchon » composé d’un jus de fruit frais, d’une boisson chaude (remplacée par un thé glacé), et d’un assortiment de gourmandises. Nous y ajoutons une pâtisserie emblématique : le bisou-bisou, parce qu’on est vraiment gourmandes.

Les trois petites gourmandises sont attrayantes : une tartelette gourmande aux figues alliant figues fraîches et figues séchées, un éclair chocolat puissant, et un cookie fondant (mais éternelle question : est-ce bien un cookie ? ou un petit gâteau ? un mix des deux ? Bref…je me pose trop de questions). Ce trio est frais, de bonnes saveurs, mais peut être un peu léger en quantité.

Et la pâtisserie, le bisou-bisou, ça donne quoi ? Elle est composée d’un croustillant amande, d’un biscuit pâte à choux, d’un confit de fruits rouges et de piment d’espelette et d’une ganache montée à la menthe. Honnêtement, j’avais peur de l’assemblage car beaucoup de saveurs d’un coup ce n’est pas toujours agréable ! Mais c’est harmonieux et le piment ajoute du pep’s bienvenu.

Alors…ce nouveau Grand Café Fauchon ? Au final, un endroit agréable mais évidemment ne rivalisant pas avec un tea time de palace. De toute manière, ce n’est pas sa prétention. Donc la question ne se pose pas (c’est la deuxième fois que je me pose trop de question, non ?). C’est un endroit cozy, bien placé, fort agréable pour passer un moment gourmand tout en profitant de la qualité des produits Fauchon.

Une véritable expérience hôtelière

Fauchon ne s’est donc pas arrêté là. En inaugurant son premier hôtel 5*, la maison Fauchon poursuit le développement de son rôle d’ambassadeur du luxe à la française et offre une expérience étonnante. Objectif : faire vivre la vi-ll-e en rose et offrir la possibilité à ses hôtes d’allier luxe et gastronomie. Car l’hôtel Fauchon regorge de surprises et d’attentions.

Dès l’accueil, je me suis sentie comme dans un cocon : c’est feutré, chaleureux, et l’enregistrement est rapide (facilité par un service de pré-enregistrement personnalisé). J’ai eu la chance de visiter deux des 37 chambres et 17 suites. Elles ont toutes une vue sur Paris, c’est à dire qu’aucune ne vous permet d’avoir une visibilité sur la cour intérieure ou sur vos voisins d’en face. C’est bête mais c’est assez rare pour être signalé.

J’ai donc visité deux chambres, l’une « classique » de 25m2 et la plus grande de 100m2, disposant de son propre salon (oui parce qu’une chambre seule de cette taille, le lit est soit isolé soit ultra grand). Dans chacune d’elle, la modernité twiste avec le charme de l’ancien (moulures, parquet en point de Hongrie, volets à la parisienne, etc.). Spacieuses et lumineuses, toutes les chambres invitent à la fois au repos (ça serait idiot que ce ne soit pas le cas…), et à l’effervescence parisienne.

Et si comme moi, vous êtes gourmet/gourmand, le design seul ne vous fera pas craquer (quoi que), mais Fauchon est passé par là. Chaque chambre dispose d’une botte secrète : un bar gourmet incroyable alliant design (du designer Sacha Lakic et éditée par la maison RocheBobois) et gourmandise (une sélection salée et sucrée offerte aux hôtes). L’hôtel propose également un « chef service » (et non pas un room service … vous voyez la nuance de fou ?!) ainsi que des cocktails faits en chambre dès l’arrivée.

Un spa pour se remettre de ses émotions ?

Et comme tout ça ne suffit pas, l’hôtel propose un spa Carita. Le hammam et les deux cabines de soins offrent une parenthèse intimiste, experte et épicurienne en matière de bien-être. Un véritable écrin relaxant au cœur de l’hôtel. Et c’est parfait, parce qu’il ne faut pas se mentir : un goûter, une installation dans un magnifique chambre … toutes ces émotions accumulées me feraient mériter un instant de relaxation.

Au final, Fauchon propose de nouvelles façons d’allier haut de gamme, gourmandise et expérience parisienne. Bien qu’il propose des desserts signature, je reste sur ma réserve pour la carte du Grand café (mais j’y retournerai certainement pour tester le salé…) mais j’ai été émerveillée par l’expérience de l’hôtel et ses chambres fabuleuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *