Le paradis des fines lames au coeur de Paris

Je ne suis ni carnivore addict ni végétarienne. Mais quand je mange de la viande, je privilégie la qualité. Il paraît que le nouveau terme à la mode c’est « flexitarien ». Dans tous les cas, si tu es comme moi, tu sais que trouver de la bonne viande n’est pas forcément ce qu’il y a de moins cher. Et que certains restaurants se vantent d’avoir de bons produits mais que tu es souvent déçu.e de ce qu’il y a dans l’assiette. Et bien, si je te raconte toutes ces histoires, c’est pour te parler d’un restaurant parisien qui vaut le détour : les fines lames.

Une histoire de potes

Guillaume, Thibault et Vivien sont amis depuis des années (il faut taire le nombre par politesse…). Ils aiment la bonne nourriture et se sont lancés dans la restauration en 2014 avec la Rughetta, un restaurant aux accents italiens. A quelques mètres de cette première adresse, ils remettent ça au 35 rue Lepic, dans le 18e. L’accueil fort souriant promet de belles découvertes.

Le cadre

Entre une cave à vin et un bistrot moderne, la salle du restaurant met en lumière le terroir : vieux couteaux au mur, tonneaux au plafond, tables en bois, bouteilles de vignerons mises en avant, etc. C’est classique et charmant à la fois. Ingéniosité du lieu… les couteaux à viande Laguiole sont plantés dans la table : ça donne le ton et rend impatient d’avoir les plats !

Viandes et vins soigneusement sélectionnés

Les pièces de viande proviennent de chez Nadaud-Delahaye, un artisan boucher-charcutier de père en fils depuis 3 générations. Elles sont de races et d’origines reconnues pour leur qualité et leur saveur. Si tu es prêt.e à partager avec celui ou celle qui t’accompagne : tu peux même t’offrir les yeux fermés une côte de boeuf Angus (1kg) !

La carte des vins a été élaborée avec Patrick Poirier (ancien sommelier de la Tour d’Argent) et fait la part belle aux vignerons indépendants sur des appellations phares (Saint-Joseph, Pomerol, Saint-Emilion, Santenay, etc.).

Dans l’assiette

J’ai opté pour le burger, avec sa pièce de boucher, du cantal, de la mayonnaise aux herbes, des oignons caramélisés et de la salade (ça, c’est pour se donner bonne conscience, non ?). En accompagnement, des frites de pommes de terre ET des frites de patates douces, car quand on aime, on ne compte pas…

Le burger est bien garni, la viande est tendre et très agréable. Le bun paraît très épais mais comme il est bien moelleux, ça passe tout seul ! Les oignons caramélisés sont vraiment très bons, et s’associent à merveille avec la viande, mais ils masquent juste un peu le goût de la mayonnaise aux herbes.

Les frites classiques sont évidemment faites maison, bonnes mais pas assez croustillantes à mon goût (mais bon, j’ai pris du temps pour quelques photos avant de déguster…). Les frites de patates douces, maison également, sont délicieuses ! Et la sauce au chorizo, conseillée de prendre avec, est relevée et juste parfaite en accompagnement.

En dessert, j’ai pris ce qui est à priori un « best seller » du restaurant : la brioche perdue. Et j’avoue que je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi gros ! Mais parfois ça a du bon d’avoir les yeux plus gros que le ventre, car elle est onctueuse et bien goûteuse !

Évidemment, je n’ai pas goûté toute la carte. Et j’ai bien fait ! Car les portions sont généreuses et difficile pour moi de faire plus que plat/dessert ce jour là. Mais je compte bien y retourner …

La table voisine a pris la soupe de saison (asperge) qui me semblait très élégante dans sa présentation, et en entendant les commentaires, elle avait l’air très bonne aussi. J’ai vu passer des tartares et des pièces du boucher qui avaient l’air assez appétissants. Et le petit camembert rôti pris par mes voisins avait l’air parfait, pour ceux qui raffolent de fromage…

L’addition s’il vous plaît

Je trouve que le rapport qualité / prix est très bon, surtout avec la formule du midi. Il te permet de choisir entrée/plat ou plat/dessert pour 21€ seulement. Avec de belles pièces de viande et des produits de qualité, c’est vraiment raisonnable !

Au final

Un restaurant élégant mais qui n’oublie pas de mettre en avant le terroir. Des grands classiques dans l’assiette mais qui sentent bon les plats français, et la générosité qui va avec. Des produits maison et des pièces de viande de qualité. Le tout servi avec le sourire ! Que demander de plus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *